Compte-rendu de l’AG constitutive de l’association St-Brieuc Côtes d’Armor 2028

Mardi 17 novembre 2015

Ouverture de séance par Patrice Verdure, à l’initiative du projet. Une trentaine de personnes sont présentes. Une trentaine de personnes se sont excusées de leur absence mais sont intéressées par le projet.

Patrice Verdure rappelle l’importance de la culture, à l’heure où celle-ci vient d’être la cible privilégiée d’extrémismes, lors des attentats du 13 novembre dernier à Paris.

La culture est une chose fondamentale, elle est signe d’humanisme, elle est le ciment du Monde. Il est essentiel de la maintenir et de la développer.

Patrice Verdure est le fondateur du Cri de l’Ormeau. En juin dernier, il a eu l’idée de faire de St-Brieuc et des Côtes d’Armor la Capitale européenne de la culture. Cette idée lui est venue après avoir participé aux Ateliers de la culture organisés par la Ville de St-Brieuc, où il était notamment question de l’attractivité du territoire.

En 2028, une ville de France se verra attribuer, pour un an, le titre de Capitale européenne de la culture. Ça laisse le temps. Dépôt des candidatures en 2021. Nomination de la ville en 2023.

L’idée a été présentée le 12 octobre dernier lors d’une réunion publique. Nous n’allons pas revenir dessus. L’objet de la réunion de ce soir est de créer une association et d’évoquer des plans d’actions.

Peut-être n’irons-nous pas jusqu’au bout de cette idée, mais l’envie est là : tenter cette « utopie réaliste ».

  1. Création de l’association

L’association créée aura pour objet de préparer la candidature de St-Brieuc et des Côtes d’Armor pour prétendre au titre de Capitale européenne de la culture. Elle ne sera pas la structure juridique « maître d’œuvre » si le projet est retenu pour représenter la France.

Quelques questions sont posées :
Est-il nécessaire de créer une association de type Loi 1901 ? Ne peut-on pas commencer sous la forme d’un collectif ? d’un mouvement citoyen ? d’une association de fait ? Ne faut-il pas plutôt travailler sur le projet, sur le fond, avant de créer une structure juridique ? Pourquoi créer une association si vite ?


Après quelques échanges sur ce point, Patrice Verdure rappelle son souhait de créer une structure juridique de type Loi 1901 et ce, pour plusieurs raisons :

  • avoir une existence légale et un compte en banque.
  • ne pas faire porter le projet par l’association Art Spec (Cri de l’Ormeau).
  • prétendre à des financements (fonds publics, dons, mécénat…) pour organiser des déplacements et autres frais inhérents à la mission de l’association.
  • répondre à l’appel à projets, nommé « Expérimentations », organisé par St-Brieuc Agglomération, dont la date limite de finalisation du dossier est le lundi 23 novembre 2015.
  • donner une certaine crédibilité à la démarche. On est reconnu, on peut agir.

Le principe de la création d’une association type Loi 1901 est acté. Une nouvelle assemblée générale pourrait être organisée dans trois ou quatre mois, si nécessaire, afin de procéder à d’éventuelles précisions ou modifications (statutaires ou autres).

Les points suivants sont donc votés à l’unanimité :

  • Un nom : Saint-Brieuc Côtes d’Armor 2028.
  • Un sigle : SBCDA2028.
  • Siège social : 23 rue des Promenades 22 000 St-Brieuc (locaux du Cri de l’Ormeau)
  • Objet de l’association : Préparer la candidature de « Saint-Brieuc Côtes d’Armor » pour être nommée Capitale européenne de la culture en 2028.
  • Les statuts
  • Détermination du montant initial des cotisations : 10 euros.
  • Désignation des membres du Conseil d’Administration et du Bureau initiaux :

L’Assemblée désigne, en qualité de membres du Conseil d’Administration :

Patrice Verdure, Jean-Marc Imbert, Frédérick Perrault, Fred Ghenassia, Alexandre Solacolu, Pierre-Louis Carsin, Hossein Takeh, Yvon Roussel.

Et, parmi eux, le Conseil d’Administration nomme en qualité de membres du Bureau :

Président : Patrice Verdure, journaliste. Vice-Président : Jean-Marc Imbert, directeur de service culturel. Secrétaire : Frédérick Perrault, artiste. Trésorier : Fred Ghenassia, directeur général.

  1. Pistes de réflexions, de plans d’actions

Quelles actions faut-il mener pour rendre cette utopie réaliste ?

Création de comités

Le projet est conçu autour de St-Brieuc ET des Côtes d’Armor. La spécificité de ce territoire est qu’il est bien irrigué culturellement. Il n’y a pas de dominance de St-Brieuc, à l’image de ce qu’est Rennes en Ille-et-Vilaine.

Il faudrait prochainement aller à la rencontre du territoire pour mobiliser des personnes. Faut-il créer un comité dans chacun des six Pays ? (St-Brieuc, Trégor-Goëlo, Guingamp, Centre Bretagne, Centre-Ouest Bretagne, Dinan). L’association doit-elle avoir un vice-président issu chaque pays ? Faut-il des commissions thématiques (économie, art…) ?

Aller à la rencontre de personnes ressources

A Mons, en Belgique (actuellement Capitale européenne de la culture), A Saint-Sébastien, en Espagne (Capitale européenne de la culture en 2016)…

Quelle est la place de la culture qui n’est pas inscrite dans le cadre projet ?
Ne pas faire comme Marseille en 2013 qui a fortement baissé les subventions des associations locales pour les mettre dans le projet de Capitale européenne de la culture.

Il faut faire avec les habitants, comme a fait Lille en 2004 (exemples des maisons Folie*).
* Les maisons Folie sont des établissements culturels d’un type nouveau, nées de l’énergie de Lille 2004 Capitale Européenne de la Culture .Ce sont des équipements structurants, points de rencontre entre des équipes artistiques régionales, nationales et même internationales, des associations et les habitants des quartiers concernés.

Pourquoi ne pas devenir Capitale européenne de la culture non certifiée ?

Une personne attire l’attention sur le danger d’endettement pour les équipes qui concourent à l’obtention du label. Elle ajoute que ce label est une « production commerciale, marketing, qui nourrit le monde du BTP et les rentiers de la certification ». Il serait intéressant d’organiser une soirée autour de cette thématique.

Patrice Verdure rappelle qu’il est important de prétendre au label officiel, d’avoir cette carotte pour structurer le projet – un projet qui profiterait à tout le territoire. C’est tout le chemin pour arriver à 2028 qui compte. On veut y arriver. Mais si on ne gagne pas, on aura tout de même fait beaucoup de choses.

Une autre personne propose de suivre les deux objectifs : label officiel et non officiel. L’idée plaît !

Il faut tout faire pour devenir Capitale européenne de la culture. Mais si on ne l’est pas, on s’octroie symboliquement le titre. On s’auto-proclame Capitale européenne de la culture.

Peut-être une carte à jouer = être le contre-pied du label. Comme une grosse farce. Ne pas se prendre au sérieux. Et faire parler de St-Brieuc.

Notre force étant l’existence d’un tissu associatif dense et actif, nous pourrions envisager une sorte de « OFF » et créer un label avec un nom détourné mais fortement inspiré de l’expression « St-Brieuc Côtes d’Armor, capitale européenne de la culture ». Quelque chose comme « St-Brieuc Côtes d’Armor, Capitale populaire de la culture » ou tout simplement « St-Brieuc Côtes d’Armor 2028 ».

Des évènements et projets pourraient ainsi être labellisés. Et pourquoi ne pas commencer dès 2016 ? Fonctionner par zone géographique ? Exemple : 2016 : nord du département, 2020 : centre du département… etc. Et 2028 : pour l’Europe.

Pas de contradiction entre le « faire tout de suite » et l’échéance de 2028.

  1. Personnes présentes ayant adhéré à l’association

Frédérick Perrault, Jean-Marc Imbert, Gaspard Verdure, Frédérique Girardin, Sophie Ehouarne, Chantal Mabilat-Prigent, Gaëlle Leroux, Alexandre Solacolu, Fred Ghenassia, Pierre-Louis Carsin, Hossein Takeh, Patrice Verdure, Yvon Roussel, Pierre Désaunettes, Catherine Stern, Richard Stern, Jean-Jacques Gourhan, Yohann Quilgars, Judith Le Barzic, Catherine Deotto, Perrine Morlière, Delphine Cilia, Christophe Cheneaux, Joëlle Conin, Jean-Sébastien Moizan, Régine Mary.

  1. Clôture de séance par Patrice Verdure

Beaucoup d’idées originales ont été évoquées. C’est prometteur. Une nouvelle rencontre va être organisée. Vous serez informés.

Fait à St-Brieuc, le mercredi 25 novembre 2015

Secrétaire de séance : Catherine Deotto

Signature : Patrice Verdure

2 réflexions au sujet de « Compte-rendu de l’AG constitutive de l’association St-Brieuc Côtes d’Armor 2028 »

  1. Ce projet est une belle carotte qui donne vraiment envie d’être dans l’association.
    Un jour il faudra sûrement créer des comités de quartier ou de zone mais pour commencer c’est être tous ensemble pour apprendre à connaitre les spécificités des uns et des autres.
    Pour le nom, pourquoi garder Saint-Brieuc si on pense que la force est sur le département, mettre directement son nom en avant : Cotes d’Armor 28 ou Cota 28 (??).
    Bravo pour l’aventure qui prend bien son envol.
    Malou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *